Le plafond de verre dans la diplomation doctorale

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Cynthia Vincent

Étudiante au doctorat en éducation, UQAM

Le plafond de verre dans la diplomation doctorale

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Cynthia Vincent

Étudiante au doctorat en éducation, UQAM

En deuxième position du concours 2020-2021, la communication gagnante est la baladodiffusion « Le plafond de verre dans la diplomation doctorale » soumise par Cynthia Vincent, étudiante au doctorat en éducation. Comme son titre l’indique, Cynthia aborde le phénomène de plafond de verre, soit le fait que les femmes ou les minorités ne peuvent progresser que jusqu’à un certain niveau hiérarchique dans les organisations. Et ce phénomène est aussi d’actualité dans nos universités. Comme elle l’indique si bien dans son balado : « bien que les femmes soient maintenant plus nombreuses que les hommes à être admises au doctorat, elles sont si nombreuses à abandonner en cours de route, qu’elles demeurent sous-représentées parmi les doctorants qui graduent et donc parmi les professeurs-chercheurs qui font souvent suite au doctorat. ». Cynthia poursuit ce balado en vulgarisant les raisons expliquant ce plafond de verre toujours aussi présent dans la formation doctorale.

(Visited 139 times, 1 visits today)

1 Comment

  1. Marion dit :

    Woow! Le sujet abordé dans ce podcast est plus que pertinent en regard des enjeux actuels sur la situation des femmes dans l’univers compétitif des études de troisième cycle! Je vais le partager à mon entourage ! C’est un podcast à écouter!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *